Les démarches à suivre pour un agrandissement

De nombreuses raisons peuvent expliquer que votre maison, que vous aimez tant, est désormais trop petite, sans pour autant vous faire penser, ne serait-ce qu’une seconde, à déménager. Vous décidez finalement de faire construire une extension à votre habitation afin de pouvoir continuer à vous y épanouir pleinement, mais alors quelles sont les démarches à effectuer afin de réaliser cet agrandissement ? On vous dit tout dans l’article ci-dessous.

Etablir son budget et consulter un architecte

A partir du moment où vous décidez de procéder à un agrandissement de votre maison, encore faut-il vous assurer de la faisabilité du projet. Pour cela, à vous de rassembler les forces en présence notamment au niveau budgétaire, une extension en dur de votre maison peut, en effet, représenter un certain investissement. Il vous faut déterminer de quels moyens vous disposez, tant en apport personnel qu’en possibilité de prêt, à obtenir auprès d’une banque. Vous pourrez alors avoir recours à un architecte, qui, en fonction de votre programme, pourra concevoir ce projet et en assurer la représentation graphique (plans, coupes et façades, complétés de vues en 3 dimensions) et en évaluer le coût. C’est sur la base de ce travail que vous pourrez prendre contact avec les établissements bancaires susceptibles de vous aider à financer votre projet.

Penser aux différentes démarches administratives à effectuer

Si vous disposez des fonds nécessaires pour réaliser ce chantier, il vous faut encore obtenir les autorisations administratives, avant de débuter les travaux. Sachez que dans le cas d’un projet d’extension n’excédant par 20 mètres carrés, il vous suffit de faire une déclaration préalable de travaux auprès de la mairie sur le territoire de laquelle se situe votre habitation. Si l’aménagement permettant d’agrandir votre logement dépasse 20 mètres carrés, vous devrez déposer une demande de permis de construire et votre projet devra être concue par un architecte si votre habitation dépasse 150 m2 de surface de plancher, avant travaux, ou par l’adjonction de votre projet d’extension. Bien entendu votre projet devra respecter les règles d’urnanisme applicables sur le territoire de votre commune (renseignez vous auprès de votre Mairie) .

Envisagez de changer vos offres de fourniture en énergie

Sachez aussi enfin que qui dit augmentation de sa surface habitable, dit également augmentation de sa consommation d’énergie notamment si l’extension comprend une pièce de vie (salon, salle à manger, etc…). Il sera peut-être alors temps d’envisager de changer d’offre en fourniture d’électricité ou du moins de se renseigner sérieusement sur le prix de l’électricité. A ce titre, vous pouvez consulter l’article sur les prix du kWh d’électricité EDF par Fournisseur Energie ici. De même, sachez que si la construction prévue par votre projet d’agrandissement est indépendante de votre maison, vous aurez sûrement à la raccorder à l’électricité et à mettre en service un compteur EDF. Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez vous rendre à la page suivante : https://www.agence-france-electricite.fr/mise-en-service-electricite/

Enfin, l’augmentation de votre surface habitable peut également vous pousser à opter pour un équipement de chauffage aux meilleures performances énergétiques et permettant surtout une meilleure diffusion de la chaleur dans l’ensemble du logement, un investissement qui est aujourd’hui soutenu par l’Etat. Les pouvoirs publics mettent en effet en place des dispositifs d’exonération d’impôt comme l’éco-prêt à taux zéro pour le crédit pour la transition énergétique (CRITE) permettant aux ménages de réaliser ce type de travaux de rénovation énergétique.